Comment faire une haie de laurier rose ?

0 commentaire

Sommaire

Ce bel arbuste au feuillage persistant et à la floraison généreuse, c’est le laurier rose ! Vous l’apercevez dans le jardin de vos voisins. Isolé, en massif ou formant une jolie haie, il fleurit du printemps à l’automne. Cette plante ornementale a pour nom scientifique Nerium oleander de la famille des Apocynacées.

Le laurier rose est méditerranéen et aime une exposition au sud. En bac ou grand pot, il décore jardin, balcon ou terrasse.

Comment planter une haie de laurier rose ?

Pour se faire une haie, nous conseillons de le planter à minimum 50 cm de la propriété mitoyenne et sur une ou deux lignes. Le pied de chaque arbuste est disposé à 60 cm de ses voisins pour laisser la place à chacun de pousser correctement et obtenir une belle haie.

Par ailleurs, vous pouvez concevoir une haie en mêlant le laurier rose à d’autres variétés (laurier tin, laurier du Portugal, laurier palme ou laurier rouge (Photinia). Leur floraison est différente et leur feuillage est persistant ou non. Cela améliore l’esthétique et crée un effet changeant en fonction de la saison.

La plantation se fait de mars à mai pour favoriser un bon développement des racines et une croissance suffisante avant l’hiver. Le laurier rose résiste à l’hiver, mais son positionnement idéal est au soleil avec une légère ombre et à l’abri du vent. Bien sûr, l’orientation de votre jardin et des bâtiments déterminera l’endroit où vous placerez chaque futur arbuste.

La préparation des trous de plantation

Lorsque les températures sont clémentes sans risque de gel, il est temps de creuser en ligne les trous de 50 cm de diamètre et de profondeur. Mélangez la terre à du terreau de jardin en parties égales. Vous pouvez en complément ajouter un peu d’engrais spécifique au laurier rose. Placez d’abord des cailloux et du gravier au fond du trou pour avoir un sol bien drainé.

Avec un petit râteau, il est bon d’ameublir les parois du trou. Disposez 5 cm du mélange terre /terreau et mettez un cône d’engrais. Il apportera les sels minéraux indispensables à la croissance des différentes variétés de laurier rose.

La plantation proprement dite

Dès la livraison des jeunes plantes ou dès que vos boutures sont prêtes, il faut les sortir de chaque pot. Pour les hydrater, plongez les mottes de racines dans un seau d’eau durant quelques minutes.

Installez chaque jeune arbuste bien droit dans le trou de plantation avec la motte juste au niveau du sol. Attention, s’il est trop haut ou trop bas, il ne se développera pas aussi bien ! Complétez avec le reste du mélange de terre et de terreau de jardin puis tassez le sol avec les mains et les pieds.

L’arrosage se fait à la base en 2 fois à 30 minutes d’intervalle, cela redistribue mieux l’eau à la plante.

Quels conseils pour l’entretien de la haie de laurier rose ?

Pendant la première année après la plantation, il est important de surveiller les températures. Lorsqu’elles sont trop élevées, il faut maintenir de la fraîcheur au sol et éviter la sécheresse. Prêtez attention aux feuilles qui pendent, qui s’enroulent ou aux feuilles molles qui donnent des bonnes indications sur les besoins de la plante.

Si elles baissent sous les 5 °C, protégez vos jeunes arbustes avec un voile d’hivernage (type P30 pour 30 gr/m2) lorsque le gel arrive. Pour conserver de la chaleur, un bon paillage est utile.

Selon les températures, des maladies peuvent parfois se développer. Pas de secret, protégez le laurier rose des maladies ou de l’attaque des cochenilles ou d’autres insectes, entre autres avec des larves de coccinelles.

En pleine terre, le laurier rose se satisfait des précipitations et nécessite peu d’arrosage. Versez l’eau au pied et non sur les feuilles et les branches. Si, en été, les températures grimpent trop, 2 ou 3 arrosages par semaine seront nécessaires.

La grosse taille d’une haie en laurier rose ne se fait que tous les 6 ou 7 ans. La coupe s’effectue toujours de bas en haut en laissant à la base des branches plus larges que les tiges du sommet. Une taille légère plus fréquente peut être réalisée en fonction de la forme désirée, de l’état des branches et des rameaux ou des contraintes de voisinage.

Cette opération est faite au printemps après les dégâts de l’hiver et les premiers boutons floraux. En automne, la taille des branches mortes se fera au ras du tronc (=rabattre). Supprimez jusqu’à un tiers de l’ensemble d’un arbuste.